Traitement Hospitalier

Chez les enfants ayant subi un AVC hémorragique, le traitement vise à stabiliser l’enfant (contrôler sa pression artérielle et la température de son corps ainsi que l’aider à respirer), et à traiter l’hémorragie proprement dite. Les enfants ayant subi un AVC ischémique pourraient avoir besoin d’un médicament afin d’éclaircir leur sang.

L’objectif du traitement de l’AVC ischémique consiste à minimiser les dommages à l’intérieur du cerveau et à prévenir un nouvel AVC.

À l’apparition des symptômes de convulsion, le bébé devrait immédiatement être conduit à l’hôpital pour être évalué, diagnostiqué et soigné. Les soins pour l’AVC périnatal ne comprennent habituellement pas l’administration de médicaments anticoagulants ou antiplaquettaires pour prévenir que d’autres caillots se forment. Par contre, ces médicaments sont parfois nécessaires si l’AVC est dû à une cardiopathie congénitale ou à un grave trouble de la coagulation.

Pour traiter les symptômes (p. ex., les troubles convulsifs) ou les causes de l’AVC, des  médicaments et d’autres traitements – réhydratation, antibiotiques pour la méningite – et une pharmacothérapie ou une chirurgie pour corriger des anomalies cardiaques peuvent être nécessaires.

Si votre enfant a reçu un diagnostic d’AVC ischémique, les médecins lui prescriront vraisemblablement un médicament afin d’éclaircir son sang.

Une fois les symptômes initiaux de l’AVC de l’enfant traités, celui-ci sera évalué pour voir si l’AVC laissera des séquelles à long terme. L’équipe des soins mesurera ses réflexes, ses mouvements oculaires, son élocution, sa déglutition et ses autres fonctions corporelles. L’équipe procédera à des tests pour voir comment il se débrouille dans le traitement et la réaction à la lumière, aux images, aux sons et au toucher.

Les nouveau-nés n’ont habituellement pas besoin d’être traités après un AVC, bien qu’on puisse vouloir traiter leurs problèmes cardiaques, s’il s’agit de la source de leur problème.

Les enfants qui ont subi un AVC hémorragique seront vus par l’équipe de neurochirurgie vasculaire. Les options chirurgicales peuvent comprendre la microchirurgie destinée à fermer l’anévrisme ou à retirer les vaisseaux malformés.

 

En cas de Thrombose

Parmi les traitements courants figurent les médicaments qui aident à dissoudre les caillots et à prévenir la formation d’autres caillots, l’administration de liquides pour corriger la déshydratation ou de médicaments pour arrêter les troubles convulsifs et diminuer l’enflure du cerveau.

Si le cerveau est enflé, des médicaments peuvent réduire la pression ou un shunt (petit tube) peut être introduit dans le ventricule pour drainer l’excès de liquide céphalo-rachidien.

 

En cas d’AIT

Dès que ce sera possible et médicalement approprié, une thérapie préventive devrait être amorcée pour éviter que le patient d’AIT subisse un AVC plus grave.

Les soins de l’AIT pédiatrique incluent habituellement des médicaments tels que l’Aspirine, d’autres antiplaquettaires ou d’anticoagulants plus puissants, afin de prévenir la formation d’autres caillots.

Des médicaments ou d’autres traitements peuvent être recommandés pour corriger la cause de l’AIT – problèmes cardiaques, déshydratation, maladies du sang ou des vaisseaux sanguins.

Il se peut que l’enfant qui a été victime d’un AIT n’ait pas besoin de réadaptation.

La plupart des enfants avec AVC aigu seront admis à l’hôpital pour des tests visant à déterminer les causes et l’impact de l’AVC ainsi que les soins à apporter. Idéalement, ils devraient être soignés dans un hôpital avec expertise en AVC pédiatrique.

Les enfants hospitalisés devraient être traités selon des protocoles créés pour l’AVC pédiatrique et fondés sur les données les plus probantes issues de la recherche et les pratiques cliniques optimales.

Des cliniciens de plusieurs disciplines participeront aux soins de l’AVC à l’hôpital et lorsque l’enfant commencera sa réadaptation.

 

Parmi les questions importantes à poser aux professionnels de la santé qui vous entourent, mentionnons :

• Quels effets l’AVC aura-t-il sur la croissance et le développement de notre enfant?

• Comment se passera la récupération de notre enfant?

• Que devrons-nous envisager lorsque notre enfant aura reçu son congé de l’hôpital?

• Quels types de soutiens financiers, pour la réadaptation et pour la scolarité de notre enfant sont disponibles?

• Quels services et ressources sont disponibles dans notre communauté pour venir en aide à un enfant qui a été victime d’un AVC?

• À qui devrais-je m’adresser si j’ai d’autres questions?

 

Le cerveau d’un nouveau-né et d’un enfant n’a pas fini de grandir, de se développer et d’apprendre de nouvelles choses. Une réadaptation après l’AVC ou l’AIT pourrait contribuer à améliorer de beaucoup les résultats de santé à long terme.

La durée de la réadaptation sera différente dans chaque cas et les types de thérapie et leur intensité pourraient varier en fonction du temps et de la croissance et du développement de l’enfant.

Des professionnels de la réadaptation devraient évaluer chaque enfant chez qui un AVC a été diagnostiqué. Ils seront en mesure de déterminer de quels types de soins l’enfant pourrait bénéficier le plus et quels seraient les meilleurs endroits pour recevoir sa thérapie.

L’équipe de réadaptation comprend un bon nombre des membres de l’équipe soignante en milieu hospitalier.

 

Il est normal de se sentir dépassé par la multitude d’évaluations effectuées les premiers jours suivant le diagnostic.

Tous les professionnels de la santé qui prennent soin de l’enfant travaillent en équipe dans le but de fournir les meilleurs soins possibles. La famille et l’équipe soignante travailleront ensemble à l’élaboration d’un plan de soins sur mesure pour l’enfant. Afin que l’enfant récupère aussi complètement que possible, il est crucial que des membres de la famille s’impliquent dans la préparation de ce plan et en connaissent les détails et les exigences.

Les soins de réadaptation devraient commencer dès que possible après l’AVC à l’hôpital, puis se poursuivre quand l’enfant aura quitté l’hôpital. Au congé de l’hôpital, la réadaptation peut continuer à la maison, en clinique externe de l’hôpital ou dans un centre spécialisé en réadaptation pédiatrique.

Les séances de réadaptation visent l’amélioration des fonctions affectées par l’AVC et l’adaptation de l’enfant aux changements physiques et cognitifs dus à l’AVC. Elles peuvent également porter sur les compétences que l’enfant doit acquérir pour être autonome dans ses loisirs et à l’école. Par des évaluations de la cognition, il est possible de cerner ses aptitudes et ses difficultés à apprendre et de planifier des programmes pédagogiques lorsque l’enfant atteint l’âge scolaire ou retourne à l’école.

Que tous les membres de la famille, participent à la réadaptation de l’enfant est de bon augure. Il importe également qu’ils puissent poser leurs questions et recevoir des réponses honnêtes et exactes appropriées à leur âge.

Vous devriez continuer à être informés et éduqués par l’équipe soignante tout au long de la réadaptation et de la récupération de l’enfant. Les besoins des familles varient et évoluent au fur et à mesure du processus et selon les jalons que l’enfant atteint dans son développement.

Les soins pour l’AVC se poursuivent au-delà du congé de l’hôpital ou de l’établissement de réadaptation, car un spécialiste de l’AVC pédiatrique ou un autre médecin continuera à suivre la récupération de l’enfant. La période de rétablissement se déroule de manière particulière chez chaque enfant.

L’équipe soignante a pour but d’assurer qu’il dispose des services nécessaires en vue d’une récupération optimale. Il existe d’ailleurs de plus en plus de ressources conçues pour aider les familles et les enfants à vaincre les défis que pose un AVC.

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+